Hommage à Cecilia Mangini

Née en 1927, Mangini est la première femme en Italie à tourner des documentaires dans l’après-guerre. Cinéaste engagée, elle est très sensible aux thèmes de la marginalité, de l’immigration et des injustices sociales. Un florilège de ses courts métrages, y compris son dernier film datant de 2018. Séance en collaboration avec : OfficinaVisioni, Archivio Cinema del reale, Archivio Audiovisivo del Movimento Operaio e Democratico, Istituto superiore regionale etnografico della Sardegna Avec le soutien de Sardegna Film Commission, Apulia Film Commission

Le Vietnam sera libre

Le Vietnam sera libre

Cecilia Mangini

Paolo Pisanelli

  • 2018
  • Italie
  • Couleur et Noir & blanc
  • 32 min

Synopsis

Deux boîtes à chaussures remplies de négatifs photographiques retrouvés dans un placard. En 1965, Cecilia Mangini et Lino Des Fra passent trois mois au Vietnam du Nord, pour effectuer les repérages d'un documentaire jamais réalisé, sur la lutte de ce peuple pour son indépendance.

Synopsis

Ce film, inspiré du cinéma soviétique et de l'oeuvre ethnologique d'Ernesto De Martino, constitue un des derniers témoignages d'un chant funèbre de "griko" - dialecte d'origine grecque de la région des Pouilles), entonnée par des femmes, véritable "professionnelles du sacré" du village de Martano.

ÊTRE FEMMES

ESSERE DONNE

Cecilia Mangini

  • 1965
  • Italie
  • Couleur et Noir & blanc
  • 28 min

Synopsis

Réalisé à la demande du Parti communiste italien, ce film analyse la condition des femmes, entre travail et patriarcat, tant au Nord qu'au Sud de l'Italie. En 1965, le film remporte le Prix spécial du Jury au Festival de Leipzig, mais en Italie, il ne se voit pas attribuer le visa de qualité, ce qui équivaut à en empêcher la diffusion.